Un Internet de plus en plus mobile

L'Après Web


Une contribution de Joël de Rosnay*
(1/3)

Joël de RosnayChacun aura son petit ordinateur personnel nomade, un mini-PC que l’on pourra emporter partout avec soi, un peu comme les managers avec leur inséparable BlackBerry (organiseur de poche)… D’autres continueront d’utiliser un stylo, mais pas n’importe lequel : un modèle innovant comme celui mis au point par la société Logitech, qui permet d’écrire sur un papier spécial. Les caractères sont numérisés et transmis à l’organiseur ou au PC grâce à un émetteur Bluetooth situé à l’extrémité du stylo. Quant au Digital Pen, il enregistre les mouvements du stylo grâce à un clip fixé sur le bloc-notes. Le procédé est donc un peu différent puisque ce sont les déplacements du stylo sur le bloc qui s’inscrivent sur un écran numérique pour être transférés sur un tableau situé à distance ou sur un ordinateur.

Avec DragonDictate ou ViaVoice d’IBM, deux logiciels qui offrent de substituer la dictée automatique à la frappe, taper sur un clavier devient superflu. Quiconque, équipé d’un microphone et d’un casque sans fil, peut circuler librement tout en dictant des phrases à son PC, lequel écrit directement en format Word à l’écran. Certaines de ces technologies existent déjà, ou seront téléchargeables sur l’Internet de demain.

Un autre exemple possible : une adolescente pourra communiquer avec ses amies grâce à un téléphone-écran se portant, comme une montre, au poignet. L’écran sera souple, comme il en existe déjà. Quand la jeune fille se connectera, elle entendra son amie. Les deux ados pourront proposer à un de leurs camarades de les rejoindre alors que celui-ci se promène au milieu de la foule, dans les rues de Londres. Une fois repéré grâce à la localisation GPS, le garçon, équipé du même appareil, pourra accepter ou non de se connecter et envoyer un message via la messagerie ou leur parler grâce à son téléphone-écran.

On peut encore imaginer que, d’ici à 2020, les guides d’un musée scientifique, par exemple, pourront communiquer avec les visiteurs par l’intermédiaire d’un écran transparent qui s’afficherait sur leur poignet, comme une montre dotée d’un écran large et souple. Un  » journal du futur  » pourrait être projeté sur cet écran, lui-même connecté au réseau Intranet du musée ou à un réseau extérieur.

Il existe des quantités de situations possibles grâce à ces nouveaux outils. Une personne pourra rester en contact permanent avec ses parents ou ses enfants. Ainsi, une mère pourra suivre les déplacements de son enfant sur l’écran fixé à son bracelet, et lui rappeler qu’il doit aller à son cours de musique… De retour à la maison, cet enfant chaussera sa paire de lunettes spéciales, connectée à l’Internet du futur, et suivra un match de football sur l’écran flottant projeté devant ses lunettes. Tout en regardant le match, il pourra accéder à des informations sur les joueurs ou à des statistiques sur les actions, les buts, etc.

L’Internet du futur offrira de nouvelles applications dans le secteur de la santé également. Par exemple, un patient (ou un sportif) pourra être suivi médicalement par des spécialistes l’informant en permanence de son état de santé. Même la pratique quotidienne du vélo d’appartement pourra connaître une petite révolution. Un vélo un peu particulier, équipé d’un écran et connecté en permanence à un centre médical, transmettra chaque jour aux médecins des informations sur l’état de santé du patient (paramètres cardiaques, tension artérielle, etc.). Il sera alors aisé d’adapter l’entraînement en fonction des progrès ou des difficultés du patient ou du sportif, ou de lui conseiller une alimentation correspondant à la quantité de calories nécessaires pour accomplir un effort donné

Toutes ces nouveautés, l’Internet mobile, les outils de communication à haut débit, les systèmes de communication personnalisés, etc., donnent une idée du  » mobile Net  » de demain.

Parmi les différents services en train de naître sur cet Internet de demain, les plus remarquables sont certainement la mutualisation des réseaux d’ordinateurs, les nouveaux moteurs de recherche et les nouveaux services dédiés à l’éducation (ou  » e-éducation « ).


Grid computing

Grâce à l’Internet à haut débit, il est déjà possible de connecter entre eux des PC situés en des endroits différents : ce réseau d’ordinateurs est aussi appelé grid computing (ou grid). La France fait partie d’un grand réseau international de grid computing. De même, en Suisse et en Italie, les ordinateurs qui ne travaillent pas en permanence peuvent offrir une partie de leur  » temps libre  » à l’exécution de tâches mutualisées (en collaboration avec d’autres ordinateurs donc). La puissance de calcul est telle qu’il est possible de réaliser des opérations impraticables jusqu’à présent, notamment des simulations, des calculs, de la génomique (l’étude des gènes), de la prévision météo (en particulier à des fins militaires) ou des jeux massive multi-users online games (MMOG) qui se déroulent à l’échelle internationale. Dix mille, cent mille, cent cinquante mille joueurs ou plus, représentés sous forme d’avatars, participent à des jeux en ligne, connectés via ces ordinateurs en réseaux. Dans quelques années, ces PC interreliés pourront être utilisés à d’autres fins, proposant par exemple une forme d’éducation mutualisée à l’échelle


Web intuitif

Les moteurs de recherche (Google, Exalead ou Yahoo) que les internautes du monde utilisent quotidiennement proposeront eux aussi de nouvelles applications dans l’Internet du futur. Pour les non-pratiquants du Net, je précise que ces moteurs de recherche, constitués d’ordinateurs en réseau, acceptent les requêtes par mots-clés sur tous les sujets possibles. Les réponses obtenues, classées par ordre de pertinence par rapport à la question posée, apparaissent sous forme de listes de références ou d’informations cliquables.

Grâce à ces robots logiciels, le  » Web sémantique  » va émerger en 2020. Il s’agira d’un Web  » intuitif  » : au lieu de répondre à votre recherche en recommandant un ou plusieurs sites à visiter, le Web intuitif établira des liens entre vos demandes précédentes. L’historique de vos requêtes sera mémorisé sur votre PC (avec votre accord bien sûr). Cet historique permettra de placer votre demande dans un contexte plus large et, ainsi, d’augmenter vos chances d’affiner vos recherches et d’apporter une réponse plus pertinente. Cette technique va radicalement modifier le travail de recherche.

Des chercheurs utilisent déjà différents types de robots logiciels, mais les moteurs de recherche du Web intuitif vont créer une série de nouveaux services, ou  » Web services « .

Les services de mutualisation entre usagers vont ainsi se développer. La mutualisation a démarré avec le téléchargement de musiques sur le Net. On estime que soixante-deux millions de jeunes ont déjà pratiqué le téléchargement grâce aux logiciels Napster ou Gnutella. La musique téléchargée est stockée sur les PC d’autres utilisateurs, qui peuvent à leur tour télécharger des morceaux de n’importe quel artiste. On connaît les problèmes juridiques que le téléchargement pose en matière de reproduction et de droits d’auteur. Le téléchargement touche également la vidéo, avec des logiciels comme BitTorrent, ou la nouvelle télévision en pair à pair (P2P), lancée en 2007 sous le nom de Joost par Janus Friis et Niklas Zennström, les créateurs de Kazaa et de Skype.

Parmi les nombreux Web services, l’un des plus importants reste le téléphone en P2P, avec Skype notamment. Contrairement au téléchargement illégal de musique (c’est-à-dire télécharger gratuitement sur des sites pirates pour ensuite revendre), ce système gratuit de téléphonie, qui offre un son d’excellente qualité grâce aux relais d’ordinateurs, est tout à fait légal. Tout le monde a le droit de téléphoner, même si cela ne satisfait pas les grands opérateurs… L’intérêt de la téléphonie gratuite est d’offrir un service tout en proposant des services complémentaires payants à forte valeur ajoutée. J’y reviendrai plus loin. Sur ce modèle, la mutualisation de services (musique, expertises, troc, livres, télévision…) va se généraliser dans l’Internet du futur.


E-commerce interactif

Jusqu’à présent, les consommateurs étaient des individus passifs et plutôt mal identifiés. Les fabricants réalisaient des études de marché et achetaient de la publicité pour les inciter à consommer. Les producteurs et leurs réseaux de distribution offraient des produits ou des services dans un lieu dédié à la vente, que les acheteurs décidaient d’acheter ou non.

Grâce à Internet (et, avant Internet, au Minitel), la donne est en train de changer. De plus en plus de consommateurs exigent une vraie valeur ajoutée et un service personnalisé. Pour obtenir satisfaction, ils envoient en permanence de l’information aux fabricants ou à leurs distributeurs. Grâce à ce retour inespéré, désormais, le producteur peut mieux connaître les attentes de ses clients potentiels.

Par conséquent, la relation producteur/consommateur évolue et s’apparente davantage à un contrat entre un prestataire et un usager. Les entreprises ont vite pris conscience qu’elles dégageraient plus de gains en vendant des produits (par exemple des mises à jour de logiciels) à des clients bien identifiés plutôt qu’en écoulant leurs produits auprès d’acheteurs qu’elles ne connaissent pas et dont elles risquent de perdre la trace dès que ceux-ci auront disparu avec leur machine à laver, leur téléphone ou leur automobile…

Tout le nouveau commerce d’Internet, le  » e-commerce  » moderne interactif, consiste à exploiter l’interaction créée entre les producteurs et les consommateurs et à cerner le plus précisément possible la demande, afin de répondre à leurs attentes de manière personnalisée.


Technologies d’apprentissage et e-éducation

Dans la société à venir, un des grands espoirs de l’Internet de 2020 me semble incarné par les technologies d’apprentissage ou la « e-éducation « .
Grâce au satellite, on peut appliquer des technologies complexes à beaucoup de monde, mais on peut aussi s’adresser à quelques personnes (un professeur diffuse son enseignement à plusieurs élèves), voire à une seule (c’est le tutorat), avec l’enseignement personnel assisté par ordinateur. Entre les deux solutions, il existe aussi des systèmes d’évaluation par vidéoconférence
Aujourd’hui, mais plus encore dans les prochaines années, les entreprises proposeront à leurs salariés des modules de formation  » à la carte « , sur Internet ou Intranet (avec tuteurs ou professeurs médiateurs).
Même si modèles économiques et systèmes d’évaluation restent à inventer et qu’il demeure nécessaire de faire reconnaître officiellement ces modes d’éducation par les États, il apparaît déjà comme certain pour la plupart des prospectivistes en matière d’éducation que les systèmes éducatifs et d’apprentissage représenteront un des secteurs majeurs de l’Internet de demain.

Joël de Rosnay

*Joël de Rosnay, Docteur ès Sciences, est Président exécutif de Biotics International et Conseiller du Président de la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette dont il a été le Directeur de la Prospective et de l’Evaluation jusqu’en juillet 2002 . Entre 1975 et 1984, il a été Directeur des Applications de la Recherche à l’Institut Pasteur.Ancien chercheur et enseignant au Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans le domaine de la biologie et de l’informatique, il a été successivement Attaché Scientifique auprès de l’Ambassade de France aux Etats-Unis et Directeur Scientifique à la Société Européenne pour le Développement des Entreprises (société de « Venture capital »).
Conférencier, Il est l’auteur de plus d’une quinzaine d’ouvrages dont pour les plus récents :

-« 2020 Les Scénarios du Futur » , Editions Des idées des Hommes – 2007; voir notre interview pour les Entretiens du Futur ici :
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2007/05…

-« La révolte du pronétariat, des mass media aux medias des masses », Editions Fayard-Transversales – 2006, avec la collaboration de Carlo Revelli.

Ses différents sites

Denis Henri Failly

QR Code - Take this post Mobile!

Use this unique QR (Quick Response) code with your smart device. The code will save the url of this webpage to the device for mobile sharing and storage.

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com