Les biens numériques au secours du développement économique…durable !

L'Après Web

Dernière minute: Denis Ettighoffer vient de se voir décerner le prix du « Livre de l’économie numérique 2008″ par le Club de l’économie numérique, pour son dernier livre « NetBrain, Planète numérique, les batailles des nations savantes (voire notre interview vidéo autour du livre )

Une contribution de Denis Ettighoffer* (1/3)

Denis Ettigoffer


Alors que 2008 marque une date historique de la fin du pétrole bon marché, le baromètre européen des énergies renouvelables considère que l’objectif que s’était fixé la Commission Européenne d’arriver à produire 12% de sa consommation totale ne sera pas atteint en 2010. Nous consommons mille six cent fois plus d’énergie qu’en 1900. Aujourd’hui, les nations occidentales font face à des compétiteurs qui à leur tour consomment de plus en plus d’énergie. Une guerre des ressources est lancée. Nous ne pourrons limiter la casse et réduire la consommation des biens tangibles de plus en plus coûteux qu’en remplaçant nos esclaves mécaniques par des esclaves virtuels partout où cela est possible.
Pour Ivan Illich dans son livre, « Energie et Equité », les pays avancés capturaient l’essentiel de la production énergétique mondiale[1]. Dans les années 70, il soulignait déjà le déséquilibre énergétique grandissant entre les nations : 250 millions d’Américains dépensaient plus de carburant que n’en consommaient, tous ensemble, 1 300 millions de Chinois et d’Indiens. Dans tous les pays occidentaux, durant les cinquante années qui ont suivi la construction du premier chemin de fer, la distance moyenne parcourue annuellement par un passager (quel que soit le mode de transport utilisé) a été multipliée par cent. Des facteurs que l’on considérait – à tort ‐ comme secondaires ont brutalement pris de l’importance lorsque des nations asiatiques, indiennes et africaines ont décidé d’accéder aux standards de confort des occidentaux. Cela se traduit par une demande supplémentaire de ressources non renouvelables et une augmentation du prix des matières premières. En 2003, la Chine en plein décollage économique a consommé 30% du pétrole extrait, 30% de l’acier (contre 13% dix ans plus tôt) 40% du ciment produit et mobilisé 25% des investissements directs mondiaux. Une demande qui n’a cessé d’augmenter alors que celle de l’Inde et de l’Afrique démarre en flèche. Dans les dix ans à venir la demande sera telle que nous allons vivre une véritable bataille des ressources. Les études sur les « empreintes écologiques » des sociétés montrent qu’il est déjà impossible d’offrir le confort d’un américain ou même d’un français moyen à toute la planète. C’est une certitude, les énergies de substitution n’arriveront pas assez vite et la croissance vertigineuse des coûts de l’énergie ne changeront rien au fait que certains pourront en payer le prix et d’autres non. La progression de la demande est telle que les progrès réalisés en matière d’économie d’énergie dans les pays de la communauté n’arrivent pas à la compenser. La consommation électrique a plus que doublé entre 1970 et l’an 2000. En tendance actuelle, elle aura encore doublé vers 2030. Nos centrales vont être à la peine et notre budget aussi[2]. Si les pays en développement dans les secteurs secondaire et tertiaire en paieront le prix fort, l’explosion des biens numériques devient une chance pour les pays qui les utilisent pour améliorer leur bilan énergétique. Nous sommes entrés dans le siècle de l’optimisation des ressources prédit par Kondratiev. L’objectif est clair : il s’agit de casser le dogme selon lequel toute croissance économique ne peut se faire qu’en consommant plus d’énergie et de ressources.

L’industrie chinoise manque à ce point d’énergie qu’elle est obligée dans certaines régions de faire tourner des usines en décalage journalier et horaire. Les tensions sur l’énergie et les achats de matières premières sont loin de devoir retomber. L’effet de cisaillement entre production et consommation sera sans doute repoussé et ralenti par divers artifices. Les énergies fossiles sont un capital fini, qui s’épuise. Pour limiter le montant de l’addition dans les décennies à venir une des réponses est de réduire la part de notre consommation énergétique qui va devenir un facteur de compétitivité majeur. Optimiser la consommation énergétique, la réduire de 25%, est un challenge qui n’a rien d’utopique et ses effets peuvent être spectaculaires sur le budget des ménages et des collectivités publiques[3]. Le défi que cela nous pose va stimuler fortement la recherche de solutions de substitution. Parmi les réponses possibles, la dématérialisation croissante des activités et les applications de plus en plus courantes de la simulation (ou réalité virtuelle) répondent au défi énergétique de notre temps. Le capital numérique, le capital immatériel reste, lui, infini et inépuisable. Les biens numériques ne consomment pas ‐ou peu‐ de ressources matérielles, n’appauvrissent pas les sols, n’utilisent pas d’emballages, ne nécessitent pas de transport polluant et coûteux en énergie. Alors quoi de plus efficace et éco‐efficient que de continuer à dématérialiser nos activités et produire des services à distance ? L’économie numérique est une solution pour le renouvellement de notre approche du développement durable (DD) et des modes de consommations des pays avancées. Selon les auteurs spécialisés – pas toujours d’accord entre eux ‐ une conception de l’économie du futur basée sur l’économie de moyens pourrait permettre de multiplier par quatre et plus nos capacités de recyclage et de production. C’est indéniablement sur la planète numérique que se trouve une des solutions attendues pour limiter la consommation énergétique sans bloquer tout développement économique. Dans cette planète, la consommation énergétique de la totalité des télécommunications représentent moins de 1% de la consommation des esclaves mécaniques. Chaque fois qu’un bien numérique se substitue à un bien tangible ce sont des milliers de Kilowatts heures que nous économisons. Chaque fois qu’un service distant élimine ou réduit des déplacements ce sont des milliers d’esclaves mécaniques de moins à nourrir. Dans l’Entreprise virtuelle, le docteur Paul Pilichowski s’exclamait ; « Arrêtons de transporter 80 kg si on peut transporter une donnée ! ». Pour ce dernier, il était aberrant de demander à des gens de se déplacer constamment alors qu’il était possible de développer des solutions de suivi des malades à distance. Depuis, le télédiagnostic est devenu une réalité pour bien des patients mais aussi pour beaucoup d’autres activités. Alors que le prix du pétrole et des sources énergétiques ne cesse d’augmenter, le prix des télécommunications et des outils communicants n’a cessé de diminuer de façon spectaculaire. Nous sommes à un tournant historique d’une époque où les hommes ne doivent plus simplement inventer des machines qui suppléent leurs limites physiques. Ils doivent se tourner vers des outils qui leur permettent de tirer le meilleur parti d’un cortex planétaire qui facilite les échanges de services et de connaissances tout en économisant des ressources énergétiques coûteuses. Il devient évident que la digitalisation de toutes choses nous offre les « esclaves virtuels » dont nous avons besoin pour modifier les règles du jeu stratégique entre nations.

La subsidiarité croissante entre biens matériels et biens numériques a pour conséquence d’améliorer le bilan énergétique d’une économie. Empiriquement, on s’accorde à conclure sur le fait que la contribution économique des investissements immatériels apparait proportionnellement plus significative au fur et à mesure du nombre d’organisations interconnectées. L’effet McAfee des ordres de grandeur croissant joue en matière de réduction des dépenses énergétiques au fur et à mesure que les objets numériques se substituent aux objets tangibles. Le développement de l’e.administration devient non seulement une source d’efficacité collective mais aussi une source d’économies d’énergie. Ce n’est un secret pour personne que le retard au développement économique d’une région donnée tient à son manque de moyens de communication. Le coût de ces échanges de trafic d’affaires et de coordination selon un modèle des années 50 serait insupportable et nous ferait revenir des années en arrière. Si ce transfert des transports vers les télécommunications n’avait pas eu lieu, nous maintiendrions alors une demande d’énergie qui augmenterait de 10% par an pour la seule logistique des transports en général.

De même il faut se sortir de la tête cette idée selon laquelle le Développement Durable devrait être associé à une décroissance durable. D’ici ou là, monte un discours pas très sérieux sur des options de décroissance volontaire. Les vielles lunes reviennent dans des slogans tels que, « Enlever le confort et la richesse à ceux qui l’ont, cela corrigera les déséquilibres ! » ou « limiter la demande » (contraindre devrais‐je dire) alors que des milliards d’individus aspirent à connaître un minimum de confort. Beaucoup de bêtises sont dites au prétexte de justice sociale et économique. Nous préférons les analyses des tenants d’alternatives qui, sans prétendre détenir la vérité, plaident pour des expériences ou des approches différentes selon les pays et leur degré de maturité socio‐économique. La crispation sur un modèle universel du progrès économique, réduit le plus souvent à un taux de progression que l’on se jette à la figure, me paraît détestable et injustifié. Notre grande erreur est sans doute d’avoir depuis des décennies identifiées, confondu même, le progrès avec la croissance économique. Depuis des années la croissance économique n’est plus la réponse à des besoins vitaux, primaires, mais à des éléments de confort ou de différenciation sociale qui semblent indispensables aux castes auxquelles nous appartenons. La commercialisation forcenée de nouveaux biens rendus enviables par des artifices comme la publicité n’est pas forcément un signe de progrès mais encourage plutôt la consommation de ressources supplémentaires. Le problème qui nous est posé aujourd’hui est de savoir si nous sommes prêts à reconsidérer la croissance à la lumière d’une réflexion plus approfondie sur le progrès. Faut‐il rappeler que le taux de progression de la Chine, dont on parle tant, masque le fait que ce pays d’un milliard d’habitants vient d’atteindre à peine un PIB supérieur à celui de l’Italie. Français, italiens, voulez vous échanger leur taux de croissance contre votre pouvoir d’achat ?! L’empreinte écologique d’une telle population même vivant en mode low cost nécessiterait une baisse du niveau de vie des pays riches d’au moins 90%, si l’on en croit Robert Ayres, professeur d’économie à l’Insead[4]. L’idéalisation de certains penseurs du développement durable laisse perplexe qui nous amène droit au mur d’une affreuse récession. Notre problème n’est pas de lancer un concept aussi fumeux que la « décroissance durable » (elle se fait bien toute seule, malheureusement !) mais tout simplement d’optimiser nos modèles actuels en améliorant leur performance là où cela est possible. En inventant, sinon, de nouveaux modèles. Dans un contexte mondial où la croissance va être fortement bridée par les limitations des consommations énergétiques et de certaines matières premières, on peut s’attendre à une réorientation des investissements monétaires vers les filières de la R&D et des produits ou services « économisateurs » de ressources.

L’éco‐efficience globale est, pour les pays avancés, un marché nouveau autant qu’une contrainte, on l’aura compris. Les américains sont souvent présentés comme ne s’intéressant pas aux accords de Kyoto, pourtant les français ne font pas la moitié des efforts des californiens. Contrairement à une propagande stupide, les américains ne sont pas moins sensibles au DD que les européens. Le programme Energy Star a été lancé en 1992 par l’Agence de Protection de l’Environnement des États‐Unis (EPA). Ce programme était destiné à motiver l’ensemble des acteurs économiques mais aussi les collectivités territoriales américaines pour économiser l’énergie. La Communauté européenne imitera les Etats‐Unis dans les années 2000… presque dix ans plus tard ! Je dirais plutôt que, pragmatiques, ces derniers attendent surtout que les entreprises mettent sur le marché des solutions « éco‐efficientes » alternatives. Le discours « évangéliste » sur le DD qui occupe la sphère bavarde ne peut être crédible qu’accompagné de solutions accessibles au plus grand nombre. A la dramaturgie théâtrale de certains européens, les américains préfèrent un solide pragmatisme. Pragmatisme qui passe d’abord par le recherche d’amélioration des dispositifs et technologies utilisés en même temps qu’un balayage systématique des innovations pouvant faire l’objet de vente de produits ou de savoir faire marchands dans le domaine. Pour eux le DD c’est du business ! Dans cette perspective les actions destinées à diminuer « l’empreinte énergétique » et les surconsommations inutiles ne valent qu’accompagnées d’ouverture à de nouveaux marchés. La voiture économe sera suivie de la maison autonome qui sera suivie elle même des emballages biodégradables, suivis des équipements récupérables etc.… Tout un virage est en cours qui modifiera notre rapport aux services et aux biens d’équipements. Nous savons construire de mieux en mieux des maisons et des immeubles complètement autonomes en matière énergétique. Partout des architectes plus ou moins renommés développent des prototypes de bâtiments si économes qu’ils parlent d’immeubles « zéro énergie » (Zero Energy Home). Isolation maximale, peu d’émissions d’effet de serre et autonomie maximum grâce aux énergies renouvelables sont de rigueur. Les initiatives régionales se multiplient et les expertises ainsi constituées contribuent à leur notoriété et deviennent autant de sources de marchés nouveaux dans le monde. Mais pas un mot sur le sujet au dernier salon de l’immobilier de Paris de mars 2007 ! Nous avons raison d’être fiers de nos succès en matière d’avionique et d’industrie spatiale et autres secteurs high tech porteurs. Espérons que nous le serons aussi en matière de gestion des déchets, des énergies renouvelables, d’isolation énergétique, de gestion de l’eau et du recyclage de nos déchets, le tout constituant les futures créations d’emplois« des cols verts[5]». A défaut les américains mais aussi d’autres pays, qui n’importent pas nos beaux parleurs mais exportent des solutions, domineront un marché de l’éco‐efficience évaluée à plus de 500 milliards d’euros pour la moitié du siècle. Peut‐on imaginer que des collectivités locales remplacent le concours de la ville la plus fleurie par celle de la ville la plus économe en énergie ? Où encore des concours de promoteurs de maisons et de bâtiments publics éco‐efficients ? Ne pourrait‐on pas imaginer qu’il soit possible de généraliser le système de revente « des droits à polluer » et considérer que toute entreprise, toute collectivité, toute famille aurait le droit de négocier son économie d’énergie; de la mettre sur le marché. Ainsi en laissant au marché le soin de financer les réductions des consommations énergétiques on leur permettrait de se rembourser leur investissement ! Un marché de l’éco‐efficience s’affirme et croît rapidement. La sobriété énergétique devient une source d’économies budgétaires, d’activités nouvelles, de créations d’emplois et un savoir faire exportable. La France saura t’elle en profiter ?

Denis Ettighoffer

[1] Éditions du Seuil, 1973
[2]
Rapport sur la consommation d’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelables en France Paris, Mars 2006.
Rapport fait en application de l’article 3 de la directive n° 2001/77/CE du 27/09/2001.
[3]
Complément www.negawatt.org/telechargement/Article%20scenario%20nW%2…
[4]
L’Expansion Management Review de Juin 1997 « Le progrès, oui, mais plus comme avant ».
[5]
J’ai souvent défendu l’idée que les emplois du futur seraient essentiellement des emplois de médiateurs et des « cols verts ».
Des travailleurs qui, après les « cols bleus » et les « cols blancs », seraient en charge des secteurs de la gestion de l’environnement, du   reconditionnement des déchets, des énergies renouvelables, etc.

*Denis Ettighoffer est consultant en organisation et management , il est spécialiste de l’impact des TIC sur les organisations, il a fondé en 1992 Eurotechnopolis Institut, société qui étudie les enjeux associés aux nouvelles technologies et au développement de l’innovation organisationnelle.
Son dernier ouvrage « NetBrain Planète Numérique, les batailles des Nations savantes » (Dunod-2008) vient de recevoir le prix du livre de l’économie numérique (voir notre interview autour du livre : Partie I, Partie II).
Il est par ailleurs l’auteur d’un dizaine d’ouvrage parmi lesquels :

- L’Entreprise Virtuelle,
- Du mal travailler au mal vivre,
- Mét@-Organisations,
- eBusinessGeneration,
- Le Syndrome de Chronos,
- Le Travail au XXIe siècle
- Le Bureau du Futur

Comments

Bien que pouvant paraitre surprennant de prime abord, je trouve que cet article s’inscrit à merveilles dans le thème « l’apres web ». Bravo pour la selection, et merci à M. Ettighoffer pour ce bon exposé. (à propos qui est M. Ettighoffer, je vois une étoile à côté de son nom, mais nulle part ou elle renvoie…).

Il me semble que l’information et le développement durable sont fortement imbriqué, plus que l’on ne pourrait le croire a priori.

Je suis aussi intéressé par son approche du concept de décroissance durable.

Sans abondé dans le sens des partisans de la décroissance à tout pris, il me semble fondamentalement malsain de courir aveuglement après la croissance du PIB, de le prendre comme principale indicateur et de fonder toute notre économie sur ce chiffre (qui ne représente pas grand chose, étant donné que la destruction d’un immeuble entre dans le chiffre du PIB).

Il faut sortir de ce paradigme, qui risque de devenir déstructif de la société. cela ne voulant pas dire que l’on sera forcemment en décroissance, mais que les objectifs seront autres. Au bouhtan par exemple on s’interesse au BIB : Bonheur Interieur Brut)

J’entendais un poytechnicien, certainement très intelligent, chef d’entreprise, prétendre fièrement :
« les écologistes sont irréalistes, les éoliennes coûtent plus cher que ce qu’elles rapportent ».

N’étant moi même ni x ni DG et bcp plus jeune, je ne voulais pas entrer dans débat dans lequel je me serait fait ratatiné en rétorique, mais j’ai pensé « quel imbécile, il n’a rien compris à l’économie »

laissons la vielle génération mourir avec son paradigme du billet vert, et nous construisons l’avenir que nous voulons.

En effet, il se base sur une équation simple :
rendement ($)- coûts($) < 0

Mais que représente le $ ? Quel prix accorder à l’energie produite, celle du pétrole ? Quel est le correspondant en $ de cette énergie 8 ? 30 ? 120 ? 90 ? 200 ?

Quel sont les coûts, sont-ils eux plus convertible en $ ?

quid des ressources naturelles, sont-elles intégrées dans son équation ?

la seule équation que je trouve intéressante:

Energie produite – Energie nécessaire à la production

la nous avons un bilan raisonable de grandeur comparable, et il est largement positif, donc les énergie renouvelable sont économiquement complètement viable.

Tout ça pour dire que la monnaie, telle que nous la connaissons aujourd’hui (probablement plus pour très longtemps au vu des évènements actuels), cette monnaie n’est pas un instrument de mesure précis, mais très approximatifs, et qui par sa structure première (crédit + intérêt), nous contraint à poursuivre constamment la croissance, pour pouvoir augmenter la masse monétaire, afin de pouvoir rembourser les intérêts sur la masse monétaire intiale.

Pour sortir enfin du paradigme de la Sainte croissance et pouvoir se fixer des objectifs plus intelligent,l les techonolgies de l’informations peuvent nous aider, avec par exemple des projets comme OpenMoney

Écrit par : phyrezo | 09/10/2008

Bonjour,

Oui petit oubli (désormais réparé) concernant qui est D. Ettighoffer.
Par ailleurs vous pouvez consulter l’interview qu’il m’avait accordé autour de NetBrain ici (Partie I)

http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2007/04/24/netbrain-la-bataille-des-nations-savantes.html

et la (Partie II)
http://entretiens-du-futur.blogspirit.com/archive/2007/05/13/netbrain-les-batailles-des-nations-savantes-seconde-partie.html

Écrit par : Denis Failly | 09/10/2008Denis Henri Failly

QR Code - Take this post Mobile!

Use this unique QR (Quick Response) code with your smart device. The code will save the url of this webpage to the device for mobile sharing and storage.

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com