Après le Web 2

L'Après Web 2

Emmanuel Gadenne

Une contribution de Emmanuel Gadenne*

Le Web 2.0 a vu l’apparition d’une multitude de nouveaux acteurs dans des domaines très divers : réseaux sociaux, blogs, microblogs, wiki, partage de photos, de vidéos, de liste de musique, de favoris, de slides…

Aujourd’hui, beaucoup de sites web veulent s’accrocher au train du Web 2.0 en se revendiquant communautaires, en ajoutant une fonction ajout d’amis, un statut (« What am I doing ? ») et des possibilités d’échanges : tags, rating, commentaires…

L’usage de tous ces sites Web 2.0 requiert une procédure classique et répétitive : saisie de son profil, ajout de sa photo, invitation de ses amis à partir de son webmail, renseignement de son statut, puis activité en ligne pour exister a minima sur l’outil, et pouvoir, peut-être, commencer à en titrer quelques profits. Tout cela est bien fastidieux, surtout si l’on veut tester le dernier réseau social ou le dernier outil de microblog à la mode !

Une première simplification est déjà en marche. Ainsi, Google dans un outil comme YouTube permet déjà la signature reposant sur la réutilisation directe de son compte Google. On tend ainsi à avoir un compte unique (son compte Google) pour accéder à une multitude d’outils. Ainsi, en ce qui me concerne, j’accède avec le même compte aux outils YouTube, Gmail, iGoogle, Google Reader, Google Maps, Blogger, Analytics, Google Docs.

Un deuxième type de transformation viendra aussi du rachat des acteurs de niche par les grands acteurs qui s’étendent sur tous les créneaux : Microsoft et Google en ce qui concerne le Web.

La nouveauté viendra aussi de la gratuité ! Pour barrer la route à son adversaire, rien de tel que de l’attaquer au niveau de son business plan. C’est ainsi que Google offre Google Docs gratuitement pour barrer la route à Microsoft qui tire une grande partie de ses revenus de Microsoft Office. En échange, et c’est de bonne guerre, Microsoft propose Live Search sans affichage de liens sponsorisés pour barrer la route à Google qui tire de ces liens sponsorisés la majorité de ses revenus. Sur ce principe, on verra peut-être des leaders absents du marché des réseaux sociaux proposer des clones de Facebook sans publicité ou des clones de LinkedIn ou de Viadeo sans abonnement premium.

Au-delà, je pense que l’après Web 2.0 sera un Web vraiment centré autour de l’internaute.

Les données de l’internaute seront centralisées dans un espace unique, car on a qu’un seul nom, qu’un seul prénom, qu’une seule date de naissance, etc. L’internaute pourra en revanche choisir quelles données il souhaite diffuser dans quels sites. Ainsi par exemple je m’appelle Emmanuel Gadenne dans Facebook comme dans Viadeo mais je ne souhaite pas utiliser la même photo de profil dans ces deux sites.

On aura aussi la possibilité de saisir une information dans une interface centralisée et de la diffuser sur plusieurs sites. Par exemple l’information « J’interviewe Osiris Martinez » qui fait référence à un billet de mon blog et qui est à la fois pro et perso pourra être publiée de façon simultanée en direction de Facebook, Twitter, LinkedIn, Plaxo, Frienfeed, Plurk, Viadeo…

Mon réseau d’amis sera aussi consultable en un point unique : je verrai ainsi plus facilement les contacts avec lesquels je suis en relation à la fois dans Facebook, Viadeo et LinkedIn, ainsi que les contacts qui font partie de la communauté des lecteurs de mon blog.

L’interface Web de demain sera donc centrée autour de la donnée. Si je change de nom ou de prénom, je dois pouvoir le faire en un point. Si je veux établir un contact en ligne avec mon cousin, je dois pouvoir lui envoyer en un clic une demande pour Facebook, Plaxo, Viadeo et LinkedIn. Idem pour le détails de mes expériences professionnelles, je dois pouvoir en centraliser la description en français et en anglais s’en avoir recours à des copier-coller.

Lorsque je décide de devenir utilisateur d’un nouveau site Web, je pourrai alors autoriser celui-ci à récupérer les données que je souhaite lui transmettre (nom, prénom, date de naissance…) tout en précisant celles qui sont inaccessibles et celles qui ont un accès réservé, et ce sans aucun copier coller ni ressaisie. Si le nouveau site sollicite de nouvelles données, par exemple mes essais préférés, ceux-ci seront stockés dans ma base de données personnelle et utilisables par la suite par d’autres sites avec mon autorisation.

Le Web de demain permettra de stocker nos données et nos fichiers sur Internet et d’en donner un accès facile.

Les moteurs de recherche seront aussi d’avantage basés sur l’analyse du sens que sur la recherche de mots clés. Aujourd’hui si on tape « Acheter voiture » dans Google, on obtient une liste très pertinente de choix pour nous guider dans l’achat d’une voiture.

Mais si on veut connaître le marché de la pomme aux Etats-Unis une requête du type « apple market US » ne nous renseigne pas du tout ! Et oui, il aurait fallu lancer une recherche sur « apple fruit market US ». Google devrait me suggérer cette requête…

Si le CV en ligne de ma base de données personnelles précise que je suis fabricant de jus de fruit, où si mon réseau de contacts comporte de nombreux producteurs de pommes, Google aurait même pu me l’exécuter par défaut si j’utilise le bouton « J’ai de la chance », tout en me proposant un lien alternatif « apple computer market US »…

Emmanuel Gadenne

*Emmanuel Gadenne est Consultant Manager chez Sopra Group et animateur d’un blog sur les nouveaux usages du Web (http://www.webusage.net/)

Denis Henri Failly

QR Code - Take this post Mobile!

Use this unique QR (Quick Response) code with your smart device. The code will save the url of this webpage to the device for mobile sharing and storage.

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com